A bisto de nas : la force du collectif

par | Sep 17, 2021 | Portraits | 0 commentaires

A bisto de nas, c’est peut-être un détail pour vous mais pour le Sud-Ouest ça veut dire beaucoup.

Une ambition pour le Sud-Ouest

Tout commence par une sombre histoire de salon désert. Nous sommes à Lille en 2005. De nombreux domaines du sud-ouest sont représentés mais le public n’est pas au rendez-vous. Le moral des vignerons et vigneronnes est en berne. Mais Marc Penavayre, du domaine Plaisance-Penavayre, ne se laisse pas abattre. Les vins du Sud-Ouest méritent mieux que ça ! Il en discute avec cinq copains, et pas des moindres : Jean-Marc Grussaute (Camin Larredya), Jean-Mary Le Bihan (Domaine Mouthes-Le Bihan), Mathieu Cosse (Domaine Cosse-Maisonneuve), Bernard Plageoles (Domaine Plageoles), Laurent Cazottes (Domaine Cazottes). L’objectif est simple, percer bien au-delà de leurs régions respectives, et notamment à Paris. Et c’est là que germe l’idée géniale : créer une structure commune pour gérer les ventes et la logistique. Ils créent donc une société commerciale qui achètera les vins de chaque domaine pour ensuite les revendre aux cavistes et restaurateurs. Une seule commande, une seule facture, une seule livraison avec un panachage possible de vins du Sud-Ouest. Brillant.

Une structure saine

Après plusieurs expériences passées douloureuses, Marc Penavayre se bat pour installer des conditions de gestion strictes afin de pérenniser la structure et de simplifier les relations. Les actionnaires sont à parts égales, les décisions se prennent à l’unanimité et les dépenses se font au prorata des chiffres d’affaires de chaque domaine. Mais surtout, la société ne doit faire aucun bénéfice pour éviter les querelles d’argent. Ces conditions sont écrites dans le marbre et le collectif se soude lors d’une journée mémorable à Agen.

Depuis, le groupe a évolué et représente désormais toute la diversité des vins du Sud-Ouest. Laurent Cazottes est parti créer sa propre société. Et d’autres ont rejoint l’aventure : Christine Dupuy du domaine Labranche Laffont en appellation Madiran, Pascale et Bixintxo Aphaule du domaine Bordatto dans la Pays Basque, Christian Roche du domaine de L’Ancienne cure proche de Bergerac, Françoise et Jean-Luc Matha du domaine Matha en appellation Marcillac, Gilles Victors créateur et distillateur de la maison Strawbale, Elorri Reca et Brice Robelet  du domaine Bordaxuria, Dominique Andiran le gersois du domaine Andiran.

Bordaxuria
Plaisance Penavayre
Cahors
Fronton
Cosse-Maisonneuve
Domaine Matha
Marcillac
Fronton, Marcillac, Irouléguy : l’esprit Ni bu ni connu est là n’est-ce pas ?

La vérité du verre

Pourquoi avoir choisi de vous parler de ce groupe ? En premier lieu parce que nous suivons leur travail depuis plusieurs années. C’est un regroupement hétéroclite et le Sud-Ouest est finalement une dénomination beaucoup trop vaste pour dire la diversité des sols, terroirs, cépages, climats que l’on trouve dans ces régions. Côtes de Duras, vins du Gers, Fronton, Marcillac, Irouléguy. Tout ça est tellement Ni bu ni connu vous ne trouvez pas ?

Et puis le 31 mai dernier, nous avons été conviés à une dégustation au restaurant Cambuse à Paris (merci Aurélie Soubiran pour l’invitation et l’organisation). Ce fut l’occasion de discuter avec Bixintxo Aphaule et Christine Dupuy. Mais également de goûter un large éventail de vins de tous ces domaines et de partager ici nos coups de coeur :

– Tannat 2020 du domaine Labranche Laffont (100% tannat) : un vin d’apéro et de gourmandise, le tannat travaillé avec réussite pour son fruit et rien que ça ! 

– Le Sid 2006 du domaine Cosse-Maisonneuve (90% malbec, 7% merlot, 3% tannat issu d’un terroir riche en fer) : mis en bouteille en 2018 c’est un vin dense et délicat, aux tanins soyeux avec beaucoup d’énergie. Les arômes de griotte, de pruneau, de réglisse et de sous-bois en font une élégante friandise.

– Alabets 2018 du domaine Plaisance-Penavayre (100% négrette, graves et limons) : un vin sanguin et frais, le fruit est mûr, avec de l’ampleur, une belle profondeur et des tanins qui appellent un plat en sauce

– Montis regalis du domaine Andiran : le vin est entreposé en plein air dans des cuves en fibres de verre pour être oxydé par la lumière. Cela donne une oxydation très fine et délicate dans un vin ample et généreux. Un ovni à goûter absolument !

A bisto de nas
Pascale et Bixintxo Aphaule du domaine Bordatto
Cidres d’Irouléguy

Le clou du spectacle

Terminons par une douceur et un très beau cadeau de la part d’A bisto de nas : Clos Joliette 2013. Ce micro-domaine jurançonnais est devenu légendaire grâce à des vins d’une complexité folle qui défient le temps (pour en savoir un peu plus le podcast Le Bon Grain de l’Ivresse a consacré un épisode à ces vins). Au milieu des années 2010, une partie du groupe A bisto de nas a eu en charge la gestion du domaine et propose donc aujourd’hui des vins à la vente. Et ce millésime 2013 est à la hauteur de la réputation du domaine : un nez de champignons, de sous-bois, de truffe blanche et une longueur spectaculaire !

A bisto de nas
Clos Joliette 2013
Le mythique Clos Joliette

Chères lectrices et chers lecteurs, régalez-vous !

Article rédigé par Romain Becker

Vous aimez ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy