Portraits

CHINON, CITÉ VITICOLE EN TOURAINE

Seul fleuve encore « sauvage » en France, la Loire est célèbre pour son histoire, ses châteaux « Renaissance » et pour ses vins mythiques. Du centre-Loire (Sancerre, Pouilly) au pays Nantais (Muscadet) en passant par la Touraine (Bourgueil, Vouvray) et l’Anjou (Saumur, Coteaux-du- Layon), le vignoble de 48 000 hectares s’étend sur 14 départements et 51 appellations. De nombreux bastions rendent célèbre la région et participent à son rayonnement dans le monde entier. C’est le cas de Chinon, une cité viticole historique du Val de Loire, en Touraine.

Chinon et le pays chinonais.

Ville royale avec une belle forteresse, Chinon est située à 50 km au sud de Tours en Indre et Loire. Quelques Rois de France comme Philippe Auguste et François 1er s’y sont arrêtés et parait-il que Jeanne D’Arc y a dormi, même si ça, vous vous en moquez sûrement. Chinon n’est pas en bordure de Loire mais en bordure de la Vienne, un affluent de la Loire. C’est une ville réputée pour ses vins mais comme toutes les grandes AOC, il y a du moins bon avec la célébrité. Chinon est la plus grande appellation communale de Touraine et du Val de Loire avec plus de 2 000 hectares de vignes et près de 200 vignerons. L’appellation produit des vins rouges et rosés à base de Cabernet-Franc (Cabernet-Sauvignon autorisé mais peu planté) et même quelques rares vins blancs à base de Chenin.

Petite photo de la Vienne, affluent de la Loire

Un micro climat pour des vignerons talentueux.

Cette appellation au rayonnement mondial est l’une des plus « chaude » du Val de Loire. Au carrefour entre Loire et Vienne et protégée par le bois de Véron, les vents balayent souvent les nuages hors de l’aire d’appellation. Ce micro climat « semi-océanique » permet d’avoir plus souvent beau-temps qu’ailleurs en Val de Loire.

Dans ce magnifique terroir situé aux frontières entre Touraine et Saumurois, le Cabernet-Franc règne en maître quasi-absolu. Quelques cuvées sortent, parfois, en rosé et en blanc mais vous l’aurez compris, le vin rouge est la star de cette appellation. Souvent frais, herbacé et trop « poivron-vert », le Cabernet-Franc est un cépage qui prend beaucoup de temps à mûrir. Le risque ici est de le vendanger « trop » tôt et rares (mais loin d’être impossible) sont les vignerons qui permettent une élaboration de rouges mûrs et donc qualitative.

Souvent frais, herbacé et trop « poivron-vert »


Pour vous orienter, voici la sélection « vignerons » de Chinon qu’offre la rédaction :

Château de la Bonnelière – Caves Plouzeau. Située en plein cœur de la cité de Chinon, je vous invite à goûter les cuvées « bio » et à vous couvrir (moins de 15 degrès dans les caves). En effet, l’élevage des vins se déroule dans des grottes de Tuffeau, la roche locale. Sortez du cadre et goûtez les blancs 100% Chenin, c’est bon et ça change des rouges !

Domaine de la Garrelière – François Plouzeau. C’est le frère de Marc des caves Plouzeau et son domaine est situé dans le pays de Richelieu et ne produit donc pas de vins en AOC Chinon. Néanmoins, ce sont des vins de terroir en AOC régionale « Touraine » très intéressants et en biodynamie depuis 1993.

Domaine Jaulin-Plaisantin à Cravant les Coteaux (près de Chinon) sur l’AOC Chinon. De très glouglous à complexes, les vins de ce domaine de 20 hectares sont excellents. Buvables, frais et naturels, ils sont tous disponibles à la Cabane à vins, tenue par la femme du vigneron elle-même. Bien-sûr, vous y trouverez d’autres pépites, en bio, de Chinon et du Val de Loire.

Domaine de l’R – Frédéric Sigonneau. Je suis tombé amoureux de sa cuvée les Canal des grands pièces avec sa folle acidité. Elle vous rafraichira les papilles et c’est très rarement vu pour un vin de Chinon.

Les autres (à ne pas négliger) :

Bernard Baudry – Clos Guillot. Cuvée fraiche et d’une excellente buvabilité que je conseille sur une pièce de Boeuf car les tanins sont présents.

Domaine Lambert : Une gamme de vins MAGNIFIQUE en biodynamie !

Fabrice Gasnier, Gérard Marula et Nicolas Grobois (que nous n’avons pas rencontré).


 

Les caves Marc Plouzeau vues de l’intérieur

 

Gamay sans Tralala de François et Pascale Plouzeau

 

Le Dolmen de Jaulin-Plaisantin

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *