Christophe Lepage en AOC Bourgogne Côte Saint-Jacques

par | Juil 27, 2017 | Portraits | 0 commentaires

WEEK-END AUX PORTES DE LA BOURGOGNE

 

Pour fêter mon anniversaire (et oui j’ai un anniversaire), je suis parti avec mes amis en weekend end près de Joigny, dans l’Yonne. Évidemment cela ne vous fait pas rêver mais détrompez-vous ! C’est un endroit plein de charme…

Beau temps, fête nationale, potes, bières, barbecues et vins bien sûr étaient au RDV ! Située tout près de Joigny, notre maison offrait une vue imprenable sur l’Yonne, un affluent de la Seine.

Photo ni bu ni connu

La vue de notre maison !

Joigny, ce nom et cette ville ne vous dit surement rien et c’est normal… Même les amateurs de vin ne pourraient vous situer exactement où est cette ville qui cultive du vin depuis la nuit des temps.

Bref, pour commencer la petite histoire, Joigny est la première ville du vignoble de Bourgogne en venant de Paris. C’est donc la plus septentrionale du vignoble. Pour information, Joigny est située 30 kilomètres au nord de Chablis.

Même si presque tous mes amis aiment le vin, ils ne connaissent pas grand-chose (bim)… Mais, ce qui est bien, c’est qu’ils apprécient déguster les vins directement au domaine, pour gouter peut être, pour l’alcool, peut être…

Alors inutile de vous dire que le Samedi 15 Juillet, nous sommes tous allés à la recherche d’un petit vigneron dans le coin de Joigny. Facile à trouver, ils ne sont que 5 à produire des vins sur l’appellation. Et oui, l’AOC Bourgogne Côte Saint Jacques est une des plus petites de Bourgogne et de France avec seulement 20 hectares environ de vignes. Cela représente grosso modo 100 000 bouteilles. Tout petit !

A même pas 150 kilomètres de Paris, 50 kilomètres des premières vignes de la Champagne (Côte des Bar), ce tout petit vignoble est donc très au nord. Dans le Jargon (retenez la leçon) c’est un vignoble à haute latitude. Le gros souci ici, est de mettre les raisins en maturité car le soleil et la chaleur manquent… Pour pallier ce problème, les vignerons plantent leurs vignes sur des coteaux abrupts qui captent mieux les rayons du soleil pour arriver à maturité.

Ensuite, vous vous en douterez bien, ce ne sont pas des vins lourds et charnus comme dans la Vallée du Rhône. Le soleil étant moins puissant et moins fréquent, ce sont des vins légers et élégants qui sont produits. Ici, blancs, rosés (gris) et rouges sont élaborés en toute simplicité.

Photo ni bu ni connu - Côte Saint Jacques

La vue de la ville de Joigny, en haut de la côte Saint Jacques – 200 mètres d’altitude.

Mais ne vous méprenez pas sur la qualité et le style des vins. Le nom Bourgogne précède la dénomination « ni bu ni connu » côte Saint Jacques. Les vins sont fins et de très bonnes qualités. J’ai l’occasion de les gouter au domaine de Christophe Lepage. Alors en route pour la dégustation.

DOMAINE CHRISTOPHE LEPAGE

 

Le domaine Christophe Lepage répond quasi parfaitement au cahier des charges « Ni bu Ni connu » : à peine 4 hectares de vignes et une production, selon la qualité des années, aux alentours de 10 000 à 20 000 bouteilles. C’est une passion pour ce vigneron qui, pour vivre, a besoin d’un second travail, agriculteur. L’appellation, je n’en parle pas, personne ne la connait (j’exagère) et même moi, je n’y avais presque jamais fait attention…

Le Chai de Christophe Lepage est situé à Champlay, la ville qui est collée à Joigny. Bien sûr, ses vignes sont sur la Côte Saint Jacques qui surplombe la ville.

Photo ni bu ni connu - Domaine Christophe Lepage

L’entrée du Chai de Christophe Lepage

Photo ni bu ni connu

L’entrée anodine dans la rue.

L’entrée du chai, qui est aussi la propriété familiale, est toute mignonne, dans une petite rue déserte de la ville. Nous arrivons à 11, après avoir réservé quand même, en face du grand sourire agréable de Christophe Lepage. Heureux de voir 11 sourires parisiens (ça arrive quand même).

Le vigneron nous propose de rentrer dans la mini cave à dégustation pour nous raconter son histoire, son appellation et ses vins.

Christophe Lepage a repris l’exploitation de ses parents en 2009 bien que pas forcément destiné à être vigneron à la base. C’est sous la « pression » d’amis et de proches qu’il a compris l’importance et le symbole de garder l’exploitation dans la famille. Aujourd’hui, ça crève les yeux qu’il ne regrette pas une seconde d’avoir continué l’aventure.

Photo ni bu ni connu - le chai Lepage

Les grosses têtes de mes potes dans le chai de dégustation.

Ensuite place à la dégustation des vins qu’il produit : Un rosé (un gris là-bas) fait avec du pinot gris et qui rentre dans le cahier des charges de l’AOC Côte Saint Jacques. Un blanc Chardonnay en AOC Bourgogne et deux rouges, l’un en AOC Bourgogne, l’autre évidemment en AOC Bourgogne Côte Saint Jacques !

Je vois la question venir à 10 kilomètres… Pourquoi certains sont en appellation Bourgogne et d’autres avec Côte Saint Jacques en plus. Tout simplement parce que toute l’exploitation n’est pas sur l’aire Côte Saint Jacques d’une part, et d’autre part car Christophe Lepage a voulu aussi faire des vins différents : l’AOC Régionale étant moins restrictive, elle lui permet de le faire.

Bref, tous ses vins sont bons, voire très bons ! Le blanc ressemblait comme deux gouttes d’eau à un Chablis, le rosé était frais avec du corps, bien que cela ne soit pas mon type de vin préféré… Et quand aux rouges, surprenants.

La gamme des vins de Christophe Lepage - AOC Bourgogne Côte Saint Jacques - ni bu ni connu

La gamme des vins de Christophe Lepage – AOC Bourgogne Côte Saint Jacques

Le Bourgogne était bon, bien fait, avec une partie de l’élevage en fût plus ou moins neufs. Et l’autre en Côte Saint Jacques était véritablement bon. Un excellent équilibre, une belle intensité des saveurs au nez comme en bouche : Fraise, framboise pour les arômes primaires, une petite touche de cannelle qui montre l’élevage en fût de chêne et pour finir les arômes tertiaires de sous-bois et de champignons qui montrent que le vin est déjà en évolution alors qu’il n’est que de 2015. La marque des vins avec le cépage Pinot noir ! Les tanins sont faibles, l’alcool et le corps le sont aussi. On est en présence d’un vin équilibré, élégant et fin.

Après quelques questions du style « comment vous faîtes ci ou ça » nous sommes passés dans le chai à l’arrière voir les vins en élevage. Rare sont les vignerons qui nous laissent rentrer dans cette partie. Autant vous dire que c’est vraiment top d’y accéder.

Les fûts plus ou moins vieux de Christophe Lepage

Les fûts plus ou moins vieux de Christophe Lepage

Voilà, en conclusion, pas besoin de faire 4 heures de bagnole pour aller visiter un domaine où aller rencontrer un vigneron. Là-bas, à Joigny, à moins de 1h30 de Paris, les vins de Christophe Lepage sont bons, bien faits et pas chers ! Entre 5,50€ et 6,50€ la bouteille en AOC Bourgogne Côte Saint Jacques. Une véritable appellation « ni bu ni connu » !