Fiefs Vendéens, appellation d’origine peu connue

par | Déc 18, 2020 | AOPC | 0 commentaires

Après le sud et Limoux, c’est dans l’extrême ouest du Val de Loire que nous partons découvrir une nouvelle Appellation d’Origine Peu Connue : Les Fiefs Vendéens. Cette AOC ne vous dira peut-être pas grand-chose, et l’on ne pourrait vous en vouloir, car c’est assurément l’un des territoires viticoles les plus discrets du vignoble français. Mais malgré sa petite taille et son écart des autres appellations plus célèbres du Val de Loire, les Fiefs Vendéens ont pourtant de nombreux arguments à faire valoir, tant sur le terroir que sur la singularité de leurs vins. L’appellation abrite aussi l’un des « moteurs » de la biodynamie en France, le célèbre vigneron Thierry Michon et son domaine Saint-Nicolas. Enfin, l’AOC appartient à la catégorie des rares territoires viticoles à posséder une proximité immédiate avec l’océan, de quoi en être influencé… et surtout de quoi concurrencer les Bandol et autres Collioure de la Grande Bleue…

Zoom sur l’appellation Fiefs Vendéens

Création de l’AOC : 2011

Situez Nantes dans votre esprit et prenez la direction du sud pour arriver en plein département de la Vendée. C’est là-bas qu’est implanté notre vignoble des Fiefs Vendéens. Un petit vignoble de 412 hectares de vignes étiré sur une cinquantaine de kilomètres d’ouest en est et réparti sur 5 terroirs distincts. Brem, Chantonnay, Mareuil, Pissotte et Vix sont éparpillés autour du chef-lieu vendéen de la Roche-sur-Yon, non loin de la célèbre station balnéaire Les Sables-d’Olonne.

Le vignoble, rattaché juridiquement à la région viticole du Val de Loire, n’est pas sorti de terre il y a quelques années par une poignée de vigneron.ne.s quittant la grande ville pour se mettre au vert. Non ! La présence du vignoble remonte à l’époque gallo-romaine… Rien que cela. C’est ensuite grâce à Richelieu que les vignes ont commencé à faire parler d’elles. Et comme dans pratiquement tout le vignoble français au XIXème siècle, le phylloxéra aura profondément modifié le vignoble des Fiefs Vendéens, appelé dans les années 50 « Anciens Fiefs du cardinal ». Les variétés hybrides « vitis vinifera » ont alors envahi les plantations et c’est pourquoi l’on trouve aujourd’hui du gamay, du pinot noir, du cabernet, de la négrette, du chenin et du chardonnay. 

Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 19 domaines viticoles qui bénéficient d’un climat on ne peut plus océanique et produisant une majorité de vins rosés (50%), suivis des vins rouges et de vins blancs (respectivement 31% et 19%).

Et encore une fois, malgré sa petite taille, l’aire d’appellation a la chance d’avoir une richesse géologique hors normes qui confère aux vins une typicité unique. Alluvions et schistes argileux sur le terroir de Brem ou encore gneiss et amphibolites à Chantonnay, chaque terroir est planté sur un sol différent, dont la vigne s’empresse d’aller à la rencontre.

Lien vers le site de l’appellation Fiefs Vendéens : ICI

Les Fiefs Vendéens, une appellation « écologique »

Veuillez nous excuser pour le titre racoleur donné à ce paragraphe mais la rédaction l’assume et elle a des arguments. Tout d’abord, parce que les Fiefs Vendéens compte 46,55% de domaines certifiés ou en cours de conversion à l’agriculture biologique / biodynamique, un record en France. Ensuite, parce que la proximité avec le littoral et ses célèbres stations balnéaires vendéennes profite à une bonne partie de l’écoulement local des vins, n’ayant donc pas besoin de faire le tour de la planète pour être consommés. C’est d’ailleurs le cas de notre domaine choisi pour illustrer cet article, le domaine de l’Orée du Sabia, qui distribue une bonne partie de ses cuvées lors de la saison estivale…

L’Orée du Sabia 

L’Orée du Sabia est un jeune domaine viticole, créé en 2017 par Bastien Mousset, jeune vigneron d’une trentaine d’années. Le domaine est implanté sur le terroir de Brem, non loin du littoral. Bénéficiant du climat le plus océanique de l’appellation et peut-être même de France, Bastien possède 30 hectares de terre dont 9 hectares sont dédiés à la culture du raisin.

Le domaine célèbre en 2020 son premier millésime certifié à l’agriculture biologique et y ajoute un début de conversion à la biodynamie, sous le label Demeter. 5 cépages sont cultivés au domaine, le gamay, le pinot noir et la négrette pour l’élaboration des vins rouges et rosés et le chardonnay et le franc blanc, plus communément appelé chenin, pour l’élaboration des délicieux vins blancs.

« Un vin de terroir respecte les règles de la nature »

Bastien est un puriste, un fervent défenseur des vins de terroir. S’il propose des vins répondant au cahier des charges de l’appellation, il s’adonne aussi à l’élaboration de vins de parcelle, ses vins de terroir à lui. Car pour notre jeune vigneron, assembler deux terroirs est un vin d’assemblage, pas un vin de terroir…

Retour de dégustation

Pour conclure notre AOPC mensuelle, nous terminons comme à notre habitude par une dégustation, la cuvée « Alterites », très gentiment envoyée par le vigneron de l’Orée du Sabia. Un chardonnay planté sur quartz et altération de schistes du silurien, un vin de terroir, un délicieux parcellaire élaboré par Bastien. 

Vendanges manuelles, pressurage doux, fermentation avec levures indigènes et 12 mois d’élevage en cuve béton et en barrique (228 et 400 litres) pour un résultat splendide. Un vin tendu, riche en bouche et minéral, un véritable vin de terroir…

Prix caviste : autour des 16 €

Vous aimez ?