Portraits

LE CHÂTEAU DE NERVERS : AOC BROUILLY

Zoom sur le Beaujolais

 

Cela me tenait vraiment à cœur d’écrire un article sur cette magnifique région au terroir unique en France. Cela me tenait à cœur tout simplement parce que le Beaujolais souffre depuis quelques dizaines d’années d’une image négative voire bas de gamme dans l’esprit du consommateur « lambda ». Rattaché initialement au grand et célèbre vignoble de Bourgogne par sa continuité au Mâconnais, le Beaujolais est aujourd’hui un vignoble indépendant avec ses crus qui ont leurs styles uniques et bien différents des autres grands crus Bourguignons. A l’inverse de la Bourgogne et de son pinot noir, ici, le Gamay règne en maître. Situé au nord, à une cinquantaine de kilomètres de Lyon, le Château de Nervers est l’un de ces domaines très méritants mais qui souffrent de l’image négative du beaujolais nouveau. Je  vous propose donc d’en connaître plus en lisant ces quelques lignes d’interview qui vous montreront que dans le Beaujolais, les vins sont très bons !

 

Localisation du Beaujolais

 

Le domaine, tenu par Jean-Benoît et Tiphaine de Chabannes, possède plus de 50 hectares de vignes sur 4 appellations différentes : Beaujolais, Beaujolais-village, coteaux Bourguignon et Brouilly. C’est Tiphaine de Chabannes, originaire de Versailles (comme moi, un bon point pour elle), qui a principalement répondu à mes questions. Bien sûr, Jean-Benoît, était derrière elle pour lui souffler quelques réponses.

 

 

Le Chateau de Nervers près de Brouilly

 

L’interview

 

Réalisée au téléphone avec Jean-Benoît et Tiphaine de Chabannes.

Le couple de vigneron du Chateau de Nervers by ni bu ni connuNbnc : « Pour commencer, je vois que vous êtes un tout petit domaine, mais de combien d’hectare ? »

Tiphaine de Chabannes : « Nous possédons plus de 50 hectares de vignes sur plusieurs appellations. Beaujolais, Brouilly et coteau Bourguignon. Mais nous sommes un petit domaine car nous sommes loin de pouvoir mettre toute notre production en bouteille. L’an dernier, nous sommes arrivés à 5000 bouteilles à vendre. Le reste est vendu en vrac et certains distributeurs choisissent leurs propres étiquettes comme Nicolas. »

Nbnc : « Pourquoi avoir repris le domaine ? »

Tiphaine de Chabannes : « Le domaine appartenait à la famille de JB (Jean-Benoît, son mari). Il a repris la direction en 2012 et je me suis marié avec lui l’été dernier. Au début, pas destiné à reprendre la propriété car JB a fait des études d’ingénieur et a bossé chez Renault. C’est quand son papa était malade qu’il a commencé à l’aider et à avoir envie de travailler dans le domaine. Le château est lui, habité par ses Parents et c’est aussi le lieu du chai (ndlr : là où le vigneron fait le vin). »

 

Nbnc : « Quels sont les particularités du vignoble Beaujolais ? »

Tiphaine  et Jean-Benoît de Chabannes : « Le Beaujolais est un vignoble unique. Il y a un mélange de deux climats ici. Continental de par la latitude (le vignoble est au nord de Lyon) et les températures. Les hivers sont froids et les étés chauds. Mais l’été, on constate que les vents nous permettent d’avoir un « pseudo climat méditerranéen » qui remonte grâce à la Saône (rivière qui se jette dans le Rhône à Lyon). Par exemple, nous pourrions planter de la Syrah ici (le climat ressemble à celui du nord de la Vallée du Rhône). »

Nbnc : « Qu’est-ce qu’un vin typique du Beaujolais ? »

Jean Benoît de Chabannes : « La capacité d’un Beaujolais c’est son fruité et sa légèreté. Il existe plusieurs AOC, le Beaujolais, le Beaujolais-village et les crus comme nous, le Brouilly. Toutes avec le cépage Gamay. Les Beaujolais-villages sont la transition vers les crus. Ils ont plus d’arômes et d’intensité qu’un Beaujolais normal avec des fruits rouges, groseille, framboise et cassis. En bouche, c’est une explosion car c’est très vif. Il n’existe que très peu d’équivalence en France. Quant aux crus, il y a aussi présent la groseille, la framboise mais c’est surtout la cassis. On tire plus vers le fruit noir que le rouge avec du réglisse et de l’épice comme le poivre. Et selon les crus on note souvent un côté minéral (espèce d’arôme de pierre). »

 

Le chai et la dégustation du Chateau de Nervers by ni bu ni connu

 

Nbnc : « Je vois qu’en plus des Beaujolais et du Brouilly, vous faites du coteau Bourguignon ? »

Jean Benoît : « Oui, c’est du Brouilly mais vinifié (produit) à la Bourguignonne. C’est fait avec le cépage Gamay  : il est égrappé, fermenté mais élevé en fût de chêne. Du coup il pinote un peu (il a quelques arômes du pinot noir) en plus de ceux du Gamay. Mais à la différence de la Bourgogne, les fûts sont vieux, ils ont 3 ans. L’arôme tirera vers la cerise griotte. »

Nbnc : « Quelle est votre cuvée préférée ? »

Jean Benoît : « Les 4 ventes en AOC Brouilly. On peut le garder 10 à 30 ans selon les années. Il a la particularité de faire AOC Moulin-à-Vent dans le gout et le style. »

 

Nbnc : « quels sont vos problématiques ? »

Jean Benoît : « L’image bas de gamme Beaujolais est parfois difficile à vivre. Quand nous sommes en salon et que nous retirons l’étiquette Beaujolais, les clients sont plus nombreux. Le souci c’est que nous sommes quand même obligés de la mettre… Après le Beaujolais nouveau ne nous aide pas. Mais bon, on a fait une cuvée Beaujolais nouveau de qualité pour montrer à nos clients que cette AOC peut être de bonne qualité. Ensuite, le gîte n’est pas encore au top. Nous avons besoin de repenser le concept, la cuisine et le chauffage par exemple. Nous voulons séparer le pro du perso dans le chai. Bref, pleins de petits travaux qui coûtent cher. »

Nbnc : « Quels sont vos objectifs ? »

Jean Benoît : « A moyen terme, nous voulons mettre 30% de l’exploitation en bouteille. Dans 10 ans, nous visons 50000 bouteilles à vendre à la propriété, à l’export et même pourquoi pas en grande distribution. Aussi, nous voulons améliorer l’accueil des touristes au domaine en professionnalisant la visite. »

Nbnc : « Comment était l’année 2017 ? »

Jean Benoît : « C’était l’année la plus sèche depuis 1976 : très très peu d’eau. Seulement 50 millimètres pendant les vendanges et 30 millimètres pendant la phase de maturation. On va avoir des vins beaucoup plus tanniques qu’à l’habitude mais toujours très fruité. C’est une très bonne année en qualité mais moyenne en quantité. Nous n’avons pas eu de gel ni de grêles sur nos terroirs, nous sommes passés au travers, par chance. »

 

Site web : Site web : http://www.chateaudenervers.fr/

Page facebook : https://www.facebook.com/chateaudenervers/

 

Ce qu’il faut retenir :

Le Beaujolais est une région viticole située au Nord de Lyon. Avec un climat et un terroir unique en France, cette région produit des vins au style inimitable. Auparavant rattachée à la Bourgogne, le Beaujolais est maintenant un vignoble indépendant avec une hiérarchie des crus comme dans les autres régions de France. Beaujolais, Beaujolais-village et crus comme le Morgon ou ici le Brouilly augmentent la réputation souvent mauvaise que l’on donne à ce vignoble d’une grande qualité.

Une réflexion au sujet de « LE CHÂTEAU DE NERVERS : AOC BROUILLY »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *