Portraits

WEEK-END À SANCERRE

Sancerre, appellation star sur les tables et comptoirs parisiens (et d’ailleurs). Tout le monde connait ce « nom » de vin car il est devenu célèbre dans le monde entier pour ses vins blancs frais et rafraichissant. Alors, au-delà de ce nom devenu mythique, partons à la découverte de cette AOC située à 2h00 à peine de Paris en voiture : en route pour un week-end à Sancerre.

Située beaucoup plus en amont du val de Loire que Chinon, c’est le terroir du Sauvignon et, dans une moindre mesure, du Pinot noir. Sancerre est d’ailleurs beaucoup plus proche de la Bourgogne, tant sur le climat qu’en termes de distance et cela se ressent dans le verre, bien évidemment. Nous avions loué une grande maison à 10-15 km (et cette fois dans la Nièvre et donc en Bourgogne) de Sancerre, à Pougny. Cette minuscule ville est située à la frontière entre deux AOC : Pouilly-fumée et Coteau de Giennois, toutes deux appellations, comme Sancerre, du Val de Loire. Le logement était immense, certainement une ancienne grange et donc parfait pour loger à 5-6 personnes.

Comme toutes les grandes et célèbres AOC françaises (Bordeaux, Côtes du Rhône), Sancerre est demandée partout. Rares sont les bistrots et restaurants qui n’ont pas de cette AOC sur leur carte des vins. Beaucoup de demande signifie souvent beaucoup de vins industriels pour répondre à cette demande. Pour être franc, j’ai rarement trouvé de « très bons » Sancerre dans les bistros parisiens.

Sancerre est une ville perchée à environ 300 mètres d’altitude sur une petite colline. D’en haut, la vue est superbe à presque 360 degrés sur le terroir et les coteaux. Presque 2800 hectares permettent aux 360 vignerons de produire les vins de Sancerre et seuls deux cépages sont autorisés.

Localisation de l’AOC

 

Panorama en haut de la ville. Vue sur la Loire.

 

Sancerre produit les 3 couleurs : Rouge, rosé et blanc. D’abord célèbre pour ses blancs à base de Sauvignon, l’appellation produit de bons rouges, plus intimes et plus rares à base de Pinot noir, grand cépage de la Bourgogne voisine. Plus récemment, Sancerre a eu le droit de produire son rosé, simple et fruité. Sur les 3 couleurs, le vin est raffiné et léger. Les blancs, qui représentent plus de 90% de l’AOC, ont des arômes, quand ils sont bien réussis, de fleurs blanches, d’herbes fraiches et un côté minéral presque fumé. En revanche, un Sancerre mal produit dégage des arômes trop verts comme la feuille de tomate et le pipi de chat, ce qui est franchement assez peu agréable. C’est d’ailleurs souvent ces derniers que l’on trouve à Paris et dans les supermarchés.

Alors qu’est-ce que cela va donner directement sur le terroir ?

Acheter le Sancerre à Sancerre.

Il faut en profiter, ce qui est cool là-bas, c’est que des vignerons (les plus réputés j’imagine) ont leur boutique en plein centre ville. C’est donc ce que j’ai fait en achetant dans deux domaines différents afin d’éviter les clones standardisés et citronnés que l’on peut trouver en supermarché.

Domaine Vacheron :

Je connaissais, pour avoir goûté son rouge, le domaine Vacheron. C’est d’ailleurs l’un, voire le, domaine star de Sancerre. 50 hectares, tout en biodynamie et certifié par « Biodyvin », dans le respect du terroir et surtout avec presque aucun additif lors de la vinification, à part un peu de sulfites. Evidemment, domaine star égale prix star : 18,90€ le premier prix sur un blanc et 22,90€ pour la cuvée simple en rouge. Pour résumer, je valide et je revalide, ces deux cuvées sont excellentes et je les recommande. Les arômes sont vraiment sincères, complexes et surtout très minérales. J’avais l’impression d’avoir une touche de fumée au nez et en bouche, c’est ce que l’on appelle arôme de pierre à fusil.

La cuvée « premier prix » du domaine

Domaine du Nozay :

Plus petite exploitation de 15 hectares, récemment certifiée en biodynamie « Demeter », le domaine du Nozay. Nous avions gouté un blanc et un rosé. Un blanc bon, complexe et de terroir et c’est la première fois que je goutais un rosé de Sancerre, c’était léger, raffiné aux petits arômes de fruits rouges. Une belle découverte.

Les deux domaines sont en plein centre, impossible de les louper, allez-y !

 

La boutique du domaine du Nozay

J’ai privilégié deux domaines en biodynamie que l’on ne trouve pas dans le commerce traditionnel type supermarché etc… Vacheron est disponible chez certains cavistes mais c’est un budget… Néanmoins, je vous invite à tester ces deux domaines pour leurs arômes et leurs profondeurs. Grâce la minéralité et à sa vinification, Vacheron est pour moi quasiment un vigneron nature : Faites vous plaisir ! D’ailleurs, la biodynamie permet de produire des vins natures.

Se promener dans le coin.

Comme beaucoup de personne, je connais le Sancerre. Peut-être qu’à la différence des autres, je savais le situer sur une carte (c’est mon côté fan de géographie) : en pleine diagonale du vide et aux confins du Berry et de la Sologne. La plus grande ville connue du coin est Bourges à plus de 50 km et la première chose qui m’a frappé lorsque je suis arrivé à 2-3 km du centre, c’est la beauté du coin et surtout « qu’est ce qu’il y a comme coteaux et comme vignes ». La dernière fois que je m’étais retrouvé entouré de vignes, c’était en Bourgogne.

Je vous conseille des balades autour de la ville et sur les coteaux de Sancerre. Autour, d’autres coteaux sont bien visibles et doivent offrir une belle vue sur la ville qui a donné le nom à l’AOC. Au centre, n’hésitez pas à rentrer dans la maison de Sancerre, une belle vue, des vidéos 3D et des dizaines d’articles et de bouquins vous attendent.

Tout en bas de cette mini-montagne, la Loire ! Belles promenades et pour info, nous nous sommes baignés. L’eau était très bonne mais faites attention au courant !

Plus loin, Pouilly, Mennetou Salon etc…

 

Bord de Loire en bas de Sancerre
P’ti Centre ville

 

Résumé :

  • AOC du Val de Loire, Sous-région centre.
  • 2h00 de Paris en voiture.
  • 2 800 hectares de vignes.
  • 360 vignerons.
  • 3 couleurs : Blanc, rouge et rosé.
  • Cépages autorisés : Sauvignon pour le blanc et pinot noir pour les rouges et rosés.
  • Style : Raffiné, léger et rafraichissant pour les blancs et rosés. Complexe, fruité et intensité pour les rouges.
  • Promenades : Dans les coteaux environnant et sur les bords de Loire.

 

Voici d’autres photos :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *