Portraits

LE CLOS SAINT FIACRE : AOC ORLÉANS

Zoom sur le Loiret

 

Le Loiret, ou plutôt l’Orléanais, était autrefois une très grande région viticole de France. A seulement 1h30 de Paris (voire 1h00 en train), c’était, au XIXe siècle, le 3ème plus grand département viticole de France. Après l’essor de grandes régions comme Bordeaux et la crise de la Phylloxera (petites araignées rouges qui ont détruit le vignoble français), ce vignoble n’est jamais redevenu aussi célèbre qu’avant. Aujourd’hui, dans nos esprits, Orléans n’apparait pas comme une région qui produit du vin et donc, n’est pas associée au « bon vin ». Pourtant, ce terroir est plein d’originalité et est unique en son genre. Je vous propose donc de partir à la rencontre d’un vigneron de l’Orléanais, dans un vignoble de la vallée de la Loire, entre Sancerre et la Touraine. Bénédicte et Hubert Piel sont les propriétaires du Clos Saint Fiacre, un domaine situé dans le sud d’Orléans à Mareau-au-Prés sur l’aire d’appellation « Orléans ». Cette AOC est aujourd’hui l’une des plus petites de France avec sa petite sœur « Orléans Cléry », respectivement 80 et 30 hectares au total. En plus d’un climat quasi continental, les vignerons doivent s’adapter au réchauffement climatique qui perturbe le travail des cépages locaux plantés.

Le domaine jouit de 18 hectares de vignes plantés, ce qui représente sur des années « normales » près de 80 000 bouteilles. La production assure 50% de vin rouge et 50% de vin blanc.

 

Localisation de l'AOC Orléans dans le vignoble du Val de Loire by ni bu ni connu.
Localisation de l’AOC Orléans dans le vignoble du Val de Loire.

 

L’interview

 

Bénédicte et Hubert Piel by ni bu ni connu
Bénédicte et Hubert Piel

Réalisée au téléphone avec Hubert Piel, vigneron propriétaire du Clos Saint Fiacre.

Nbnc : « Pourquoi avoir repris le domaine ? »

Hubert Piel : « Ici, il y a une belle et vieille histoire car la culture de la vigne remonte au plus loin en 1635. Le département était autrefois un très grand département viticole et je crois que c’était même le 3ème département français en quantité de production. Toutes ces anecdotes nous ont donné envie de reprendre le domaine en 2000 et nous sommes la 4ème génération de vigneron. A la différence de nos parents, nous avons décidé de stopper la vente en vrac (coopérative) afin de mettre nous-même notre vin en bouteille. En 2001, notre première cuvée en bouteille est née. »

 

Clos Saint Fiacre Orléans by ni bu ni connu
Clos Saint Fiacre Orléans.

Nbnc : « Qu’est-ce qu’un vin typique de l’Orléanais ? »

Hubert Piel : « Nous produisons en AOC Orléans du vin rouge et du vin blanc. Les vins rouges sont produits en majorité avec le pinot meunier cousin du pinot noir lui aussi présent mais en petite proportion dans nos vins. Le pinot meunier est connu dans l’élaboration du Champagne et ici à Orléans, le pinot meunier produit des vins léger, fruité et extrêmement gourmand avec une très belle acidité. D’ailleurs, je crois que nous sommes la seule AOC à produire en vin tranquille (vin sans bulle) avec ce cépage. Selon les années, les vins ont plus ou moins de structures (de corps). Par exemple, 2015 était une année ou les vins avaient plus de structure.

Quant aux vins blancs, nous sommes aussi originaux car nous sommes la seule AOC du Val du Loire à faire du vin blanc avec du Chardonnay ! (Normalement, le Val de Loire est réputé pour le Sauvignon comme à Sancerre ou le Chenin à Vouvray).  Nos vins sont aromatiques mais moins extravagants que le Sauvignon. »

Nbnc : « Et les vins de l’AOC Clery ? »

Hubert Piel : « Cette AOC est uniquement en rouge et avec du cabernet Franc (ce cépage est le cépage à l’origine du cabernet Sauvignon, plus structuré, plus puissant que le pinot noir). C’est un cépage, comme son fils le cabernet Sauvignon, qui met du temps à murir et on le récolte plus tardivement. Nos vins sont plus structurés, plus charnus mais pas forcément plus puissants car ils restent délicats. Nous voulons rester sur le fruit sans forcément mettre beaucoup de tanins. Nous voulons faire des vins rapides à boire et non de garde. La cuvaison est plus longue mais à basse température (les tanins sont extraits quand la température de macération est élevée et ce n’est pas le cas ici). »

 

L'AOC Orléans est la seule du Val de Loire à utiliser le Chardonnay pour ses blancs by ni bu ni connu
L’AOC Orléans est la seule du Val de Loire à utiliser le Chardonnay pour ses blancs.

 

Nbnc : « Quels sont vos problématiques ? »

Hubert Piel : « Le changement climatique est un véritable problème ! Cela devient de plus en plus difficile d’année en année de pouvoir produire quelque chose de normal. La vigne murit difficilement à cause du climat. Il y a trop d’amplitude thermique d’une semaine à l’autre. Une semaine il fait froid, l’autre il fait chaud. Forcément, cela se répercute sur nos prix de vente. Et je ne vous parle pas du gel… »

Nbnc : « Avec tout cela, quels sont vos objectifs ? »

Hubert Piel : « Nous devons absolument assurer la production car nous sommes un domaine familial et n’avons pas de gros moyens. Nous employons deux salariés et notre production est notre gagne-pain. Nous nous battons contre le gel en investissant dans une éolienne qui permettra de brasser l’air (le fait de brasser l’air empêche que l’air froid stagne dans les vignes et que le gel vienne). Ensuite, nous voulons travailler de plus en plus naturellement les vignes. »

Les vignes de l'AOC Orléans aux portes de la Beauce by ni bu ni connu
Les vignes de l’AOC Orléans aux portes de la Beauce

Nbnc : « Souffrez-vous de l’image « bas de gamme » que l’on donne au Val de Loire ? »

Hubert Piel : « Clairement oui. On nous craché à la figure pendant 20 ans mais heureusement que la nouvelle génération de vigneron est de plus en plus dynamique. En Touraine, un hectare planté coutera 7 000 ou 8 000 € à l’achat ce qui permet de faire venir de plus en plus de vignerons qui veulent augmenter le niveau de la région dans l’esprit des gens. Il y a toujours un déficit de notoriété mais quand nous faisons gouter nos vins nous avons un très bon retour ! Notre AOC est peu connue. Paradoxalement, le plus difficile est de vendre à Orléans, les clients n’aiment pas le vin du coin. »

Nbnc : « Ou vendez-vous vos bouteilles ? »

Hubert Piel : « Nous vendons beaucoup au domaine. Ensuite, les salons des vignerons indépendants représentent 30% de nos ventes et les caves et restaurants sur Paris ou en Bretagne représentent 50%. Nous avons des agents commerciaux un peu partout qui représentent nos vins. Nous vendons aussi le reste à l’export en Angleterre, en Oregon (USA) et au Japon. Et pour finir, écoutez bien, nous vendons une infime partie en Tunisie. »

 

Conclusion :

Ce qu’il faut retenir de cet article c’est bien la lutte au quotidien d’un petit vigneron indépendant contre le changement climatique et ses effets néfastes. Il faut également retenir que ce vigneron combatif produit du vin dans une appellation vraiment méconnue qui souffre de l’image négative et injuste du Val de Loire. A seulement 1h30 de Paris, je vous conseille d’aller visiter ce magnifique terroir, unique, produisant des vins originaux léger et gourmand. Le vin rouge d’Orléans à base du Pinot Meunier est la seule AOC de France à produire ce type de vin. Les blancs sont aussi 100% Chardonnay et les seuls à utiliser comme cela ce cépage Bourguignon. Sympa et vraiment « ni bu ni connu » !

Vous pouvez acheter des vins de ce domaine sur Paris à « la Cave à Millésimes » située rue Lecourbe dans le 15ème évidemment et sur le site internet du caviste.

Site web : http://www.cave-millesimes.fr/

site web : http://www.clossaintfiacre.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *