Pressurage direct de décembre, l’actualité viticole du mois

par | Déc 28, 2021 | Pressurage direct | 0 commentaires

Décembre, décembre. Difficile d’échapper au traditionnel marronnier des accords mets/vins de fête et des articles sur « les meilleurs champagnes pour les fêtes » qui inondent la presse papier comme la presse en ligne ! J’ai relevé le défi de faire une revue de presse garantie sans conseil sur les vins de fête ! Bonne lecture et bonnes fêtes de fin d’année, on se retrouve l’année prochaine pour de nouvelles découvertes ni bues ni connues ! 

Inclusion

Terre de vins se fait le relais d’une bonne initiative de l’excellent domaine de Sousa (installé à Avize et qui élabore de très beaux champagnes certifiés Agriculture biologique en 2010 et Demeter en 2013,  je vous invite notamment à déguster Mycorhize, 3A ou la Cuvée des Caudalies millésimée) qui a décidé de développer une série de vidéo en langue des signes pour avoir une approche plus inclusive auprès des consommateurs. Au delà d’une pratique qui devrait être la norme, la traduction en langue des signes invite à repenser sa manière de formuler et d’amener son discours, ce qui est toujours intéressant pour sortir de ses habitudes. La maison profitera du festival « Clin d’œil » consacré aux arts de la langue des signes à Reims en juin prochain pour organiser 3 journées portes ouvertes et donner ses premières visites en langue des signes. Bravo Charlotte et Julie de Sousa ! 

Dans Terre de Vins – https://www.terredevins.com/actualites/de-sousa-le-champagne-traduit-en-langage-des-signes

L’art de la taille

Il conseille Louis Roederer en Champagne, Lalou Bize-Leroy en Bourgogne, Châteaux Latour, Lynch-Bages, Batailley, Domaine de Chevalier, Ausone, Giscours, Pape Clement, Yquem à Bordeaux et tant d’autres propriétés dans le monde pour améliorer la taille de leurs vignes. Massimo Giudici est maître tailleur et ses conseils sont précieux pour faire face aux maladies de la vigne (esca, court-noué) qui réduisent drastiquement l’espérance de vie des ceps. Jerôme Malet s’est installé dans la Drôme en 2017 et conduit Fontbonau dans une logique d’éco-système (avec des vignes, des chênes truffiers, des oliviers, de la lavande, des vergers et des potagers et 15ha de bois). Après la certification viticulture biologique, il se dirige vers la biodynamie et a décidé de faire appel à Massimo Giudici pour donner le meilleur soin a ses 7 hectares de vignes (grenache, syrah, viognier, marsanne).

Dans le monde édition abonnés – https://www.lemonde.fr/le-monde-passe-a-table/article/2021/12/25/dans-les-vignes-de-fontbonau-un-enjeu-de-taille_6107296_6082232.html 

Le bio a toujours le vent en poupe

L’observatoire Ipsos/Millésime Bio a publié au mois de décembre une étude qui montre une belle progression pour les vins bio. 36% des français déclarent consommer au moins occasionnellement des vins bio, ce qui représente un bon de 19 points de pourcentage depuis la dernière étude de ce genre il y a 6 ans et place la France bien devant la moyenne européenne (29%) et nos voisins du Royaume-Uni (27%) et de l’Allemagne (23%). 17% des surfaces viticoles sont aujourd’hui certifiées bio en France (vs 9,5% pour la surface agricole) avec des bons élèves comme l’Alsace (30% des surfaces cultivées en bio) et des mauvais élèves comme la Champagne (5,8%) ou Cognac (2%).

Dans le Parisien – https://www.leparisien.fr/economie/consommation/consommation-les-vins-bio-seduisent-de-plus-en-plus-les-francais-10-12-2021-2FVSZIVDPFEYLC5JOV4MV4YTUY.php 

NFT, kesako ?

Si comme moi vous n’avez pas compris ce qu’est un NFT (non-fongible token, NDLR) alors que vous pensiez avoir à peu près compris le principe de la blockchain et des crypto-monnaies, je vous invite à lire Les Echos qui s’est intéressé à ces nouveaux actifs qui commencent à arriver dans le monde du vin. « Le NFT est à la fois un actif numérique unique non échangeable et un titre de propriété numérique infalsifiable, encodé, enregistré et garanti par une blockchain ». Bon, vous allez me dire, quel est le rapport avec un vin qui est lui bien matériel ? Les premiers acteurs du monde du vin qui se sont frottés aux NFT (Dom Pérignon, Château Angélus, etc) ont associé à leurs bouteilles ou à une barrique une oeuvre d’art numérique. L’autre usage qui émerge est une sorte de réinvention des Primeurs. J’achète en NFT une barrique qui me donne droit à 300 jetons qui me donneront droit à autant de bouteilles de vin le jour où il sera prêt. L’avantage pour le château ?  L’intermédiation de la place de marché qui existe dans le système des primeurs coupe les propriétés de leurs acheteurs finaux tandis qu’avec un NFT, la bouteille est tracée. L’acheteur quant à lui peut revendre immédiatement son NFT et n’est plus obligé d’attendre la livraison du vin deux ans après l’achat primeur.

Le NFT restera-t-il marginal dans le monde du vin ou changera-t-il en profondeur le marché ? L’avenir nous le dira..

Dans les Echos – https://www.lesechos.fr/weekend/mode-beaute/nft-le-monde-du-vin-pour-les-geeks-1369263  *

Calendrier, demandez le calendrier

Mesdames (et Messieurs), si vous êtes à la recherche d’un calendrier pour 2022, fait d’une pierre trois coups en y ajoutant le plaisir des yeux et une bonne action : Philippe Ball, caviste à Forstfeld (Bas-Rhin), a eu l’idée de poser nu sur un calendrier avec ses amis, édité à 1000 exemplaires et vendu pour 10 euros, au profit de l’association Les Enfants de Marthe, qui vient égayer les journées des enfants malades du cancer à l’hôpital de Hautepierre. Une belle initiative locale, vive les Dieux du vin !

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/haguenau/insolite-bas-rhin-les-dieux-du-vins-posent-nus-pour-une-association-caritative-1-000-calendriers-imprimes-2365699.html

International : le dernier domaine en Syrie

Sur Europe 1, l’histoire du dernier domaine encore en activité en Syrie, le château Bargylus, opéré depuis le Liban où les bureaux ont été soufflés par l’explosion du port de Beyrouth l’an dernier. Une histoire de résilience qui donne envie de se précipiter pour déguster une bouteille de la propriété, par exemple au restaurant Spoon d’Alain Ducasse nous apprend la chronique.

https://www.europe1.fr/societe/lhistoire-du-chateau-bargylus-tout-dernier-producteur-de-vin-en-syrie-4080639


Rédacteur : Romain – @Lastringent_

Vous aimez ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy