Blog

POURQUOI LE VIN NATURE ?

Lorsque j’ai créé nibuniconnu.fr il y a plus d’un an maintenant, mon objectif était de parler des vignerons peu connus mais aussi de vulgariser le monde du vin que je considérais comme « élitiste ». C’est toujours le cas aujourd’hui. Je continue, et je continuerai à le faire avec le plus de justesse possible. Même pour le vin nature.

J’ai été assez critique sur ce style de vin, ce phénomène et d’ailleurs sans y réfléchir et avoir pris le temps de l’analyser. Je suis con et je change d’avis donc j’ai décidé de consacrer une partie de mon blog à ce type de vin et à comprendre ce « phénomène ». Je vais tenter de répondre à cette question : « Pourquoi le vin nature ? » (c’est d’ailleurs la question que je me suis posé avant de commencer).

J’ouvre donc une nouvelle catégorie avec des articles sur l’univers des vins « natures ». Cette section s’appelle : « ni collé ni filtré », en référence au style de ces vins qui n’utilisent pas de produits pour coller et filtrer.

Une rencontre :

Il y a deux semaines, je suis parti en week-end avec d’autres amoureux du vin, découvrir TAVEL et son terroir. J’ai alors rencontré un journaliste spécialisé dans les « vins natures » et j’ai apprécié faire sa connaissance. Aaron Ayscough écrit pour des grandes presses Américaines et Anglaises mais aussi pour son blog : not driking poison in Paris. Comme c’est le cas pour mon blog, le nom de son média en dit long sur les sujets qu’il aborde.

 

Désolé beau gosse !

 

Comme toutes les autres personnes que j’ai rencontrées et qui ne jurent que par le « vin nature », je considérais Aaron comme quelqu’un venu d’ailleurs, un hurluberlu en quelque sorte. Je dois avouer qu’il y a encore quelques semaines, je voyais ce mouvement « nature » comme une mode passagère, très bobo et un peu dans l’air du temps.  En dégustant les différents rosés de TAVEL, et en échangeant avec lui, j’ai finalement compris certaines choses sur ces vins. Je ne dirais pas que j’ai ouvert les yeux, mais presque (beaucoup se moquent de moi avec cette phrase, merci les gars).. J’ai donc voulu en savoir davantage sur ce sujet.

Après quelques bouquins lus (que je vous recommande vivement), j’ai enfin compris et réussi à plus ou moins définir le vin nature et la philosophie des vignerons qui en produisent. Je comprends le « pourquoi le vin nature ? ».

Voici les livres lus :

  • Isabelle Legeron : « Le vin nature »
  • Jérôme Douzelet : « Le goût des pesticides dans le vin »
  • Evelyne Malnic : « Grandeur Nature »
  • Nicolas Joly : »Le vin, la vigne et la biodynamie »

 

 

Une Définition, pour commencer :

Le vin nature est tout simplement du jus de raisins fermenté, issu d’une viticulture naturel type bio – biodynamique, sans produits chimiques de synthèse, avec un petit peu de sulfites ajoutés, j’espère avoir bien compris.

D’accord mais tous les vins ne sont pas censés être natures non ?

Moi, si vous m’aviez demandé c’est quoi du vin, j’aurais à peu de choses près, écris cette définition. D’ailleurs, un de mes premiers articles était sur « comment fait-on du vin rouge », et cela répondait à cette définition. J’aurais ajouté les fameux sulfites, et quelques levures et clarificateurs (pour filtrer et retirer les particules en suspension). Et c’est là, à cet instant précis que j’ai commencé à vraiment me demander : comment fait-on du vin en 2018 ? Réponse, un vin conventionnel peut contenir plus de 50 intrants dans sa composition. Triste réalité ?

Ensuite, il faut comprendre qu’il y a la viticulture et la vinification. La première correspond à la culture du raisin dans la vigne, la seconde est l’action de prendre les raisins et les transformer en vin dans un chai. Information importante : Seulement 9-10% (pardonnez-moi l’exactitude de mes recherches) des exploitations sont en viticultures biologiques et à peine 1% sont certifiées biodynamiques. Et lorsqu’on regarde la liste des produits autorisés dans la viticulture conventionnelle… Cela fait froid dans le dos : désherbants, pesticides et insecticides. On ne le voit peut-être pas dans nos verres, mais la faune et la flore, la vie dans les vignes le ressent. Il faut avouer que l’on s’éloigne déjà beaucoup de l’image, un peu « nature » ou « terroir », que l’on associe habituellement au vin, vous ne trouvez pas ?

Enfin, il faut préciser que le vin est le seul produit transformé dont les ingrédients ne figurent pas sur l’étiquette… Et là, on comprend vite pourquoi, La liste des produits autorisés dans la vinification (transformation du jus de raisins en vin au chai) est assez déconcertante et même pour les vins bios… ça pourrait faire presque peur :

  • Acidifiant, désacidifiant
  • Flash pasteurisation : Procédé consistant à chauffer le vin à + de 70 degrés pour le pasteuriser
  • Enzymes pour accélérer des processus
  • Levures sèches actives pouvant même être aromatique.
  • et les sulfites on en parle ?

Je vous invite à regarder de très près cette infographie réalisée par le site vins naturels. On remarque la quantité d’intrants chimiques utilisés et naturels dans la production de vins conventionnels, bios etc…

Normalement, je le rappelle, la définition du vin est tout simplement que le vin est du jus de raisin fermenté.

 

 

Ce sont des catégories de produits que l’on peut décomposer une par une. Par exemple, pour l’acide, il y a l’acide tartrique ou ascorbique, autorisées dans la production des vins bios.

Avec tout cela, peut-on dire que l’on boit du vin ? du vin de terroir ? C’est à partir de ces quelques informations que l’on peut se poser la question : « Pourquoi le vin nature ? » Je comprends mieux la démarche, à la fois philosophique mais aussi pour le respect du terroir et de la nature. Dans les prochains articles, j’aborderai des sujets comme la viticulture intensive (désherbant etc…), les intrants dans la vinification (pourquoi les utilise-t-on ?), les certifications bio, biodynamiques, le vin nature en détail. Je rencontrerai aussi des vignerons pour comprendre leur philosophie et la façon dont il l’appliquent..

Voici quelques photos :

 

Des vignes « natures » avec de l’herbe autour.
Des vignes « non nature »

Le vin de Karim Vionnet dans le Beaujolais.

3 réflexions au sujet de « POURQUOI LE VIN NATURE ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *