Leçon 1 : le vin rouge

par | Août 5, 2017 | Blog | 0 commentaires

Tu aimes le vin, tu en bois souvent quand tu vas au restaurant, à l’apéro entre potes, en repas de famille… Mais tu ne sais pas dire pourquoi tu l’aimes ni décrire ses arômes ? Alors je te propose d’en connaitre un peu plus, de suivre ces petits conseils qui te permettront d’avoir des bonnes bases pour te la raconter devant tes potes ou ta famille. Je vais écrire des leçons et si tu les suis tu sauras analyser rapidement les vins que tu boiras. Et bien évidemment, pour avoir la base, il faut forcément commencer par savoir comment fait-on le vin rouge et le vin blanc.

 

Comment fait-on le vin rouge ?

 

 

Je vais juste vous expliquer, sans forcément tout décrire d’ailleurs, les étapes nécessaires pour faire du vin rouge et du vin blanc ! Cela peut-être un peu technique mais je vais éviter au maximum la difficulté. Je vais donc essayer de vulgariser les étapes.

La toute première information à savoir est que le vin est du jus de raisin fermenté c’est-à-dire que le sucre présent dans les raisins est transformé en alcool par des levures. En résumé, les levures transforment le sucre en alcool. C’est la vinification ! Il existe la vinification en rouge et la vinification en blanc. Mais avant cela, c’est le moment tant attendu par les vignerons du monde entier : ce sont les Vendanges. C’est à ce moment que les vignerons voient et connaissent le rendement officiel ainsi que la tendance de l’année en termes de qualité. Les vendanges, c’est le moment où l’on ramasse les grappes dans les vignes. C’est le début de la création du vin.

 

La vinification en rouge : Du raisin au vin rouge

Le vin rouge se fait avec des raisins de couleurs rouges / violets, des raisins noirs

Les baies sont donc récoltées à la vigne. Elles sont d’ailleurs attachées à une branche par ce que l’on appelle la rafle ! Une fois arrivée dans le chai (le lieu où le jus sera transformé), la première étape sera l’éraflage. L’éraflage consiste à séparer la rafle de la baie. Cette étape n’est pas forcément obligatoire comme c’est le cas dans le Beaujolais ou la macération se réalise en “grappes entières”. Cependant, cette rafle peut aussi apporter plus de tanins et d’arômes “végétaux” si la maturité n’est pas optimale.

La deuxième étape consiste à fouler les raisins afin d’éclater la peau du raisin pour que le jus s’en évacue : C’est le foulage.  Dans le mou, dans un espèce de grand tonneau ou cuve, le jus de raisin s’évacue des baies. Les baies ouvertes flottent sur le jus de raisin qui vient de s’en évacuer. C’est alors que l’étape cruciale commence : La fermentation alcoolique. Le vigneron peut « mélanger » le jus de raisin en fermentation aux baies et peaux de raisin qui flottent pour donner de la couleur plus ou moins foncé au vin. D’ailleurs, cette étape permet aussi de rajouter de la matière dans les jus, les tanins. Cette étape s’appelle la macération et il en existe plusieurs styles et toutes influencent le vin. Plus on laisse le jus en fermentation macérer avec les pellicules, plus le vin sera foncé et chargé en matière.  D’autre part, certains cépages (voir dans les prochaines leçons) donneront aussi plus de couleurs que d’autres comme le cas du cépage cabernet sauvignon.

Une fois cette étape réalisée, le jus de raisin est enfin transformé en vin. Reste à le presser, c’est donc le pressurage. Et selon les appellations, élever le vin sur une durée plus ou moins longue en barrique de chêne ou en cuve est à la convenance du vigneron. C’est l’élevage qui va donner un style au vin et à la fin de cette période et après quelques temps d’élevage, le vin sera enfin mis en bouteille.

 

Deux focus en infographie, pour bien comprendre :

Vous aimez ?